jeudi, 17 octobre 2019 15:57

obésité de l'enfant

Written by
Rate this item
(0 votes)

L‘obésité est une accumulation anormale ou excessive de graisse qui peut nuire à la santé.

En France le nombre d’enfants de 5 à 12 ans obèses a augmenté de 6 % à la fin des années 70 à 13 % en 1996. Actuellement, 18% des enfants français sont en surcharge pondérale et environ 4% d’entre eux sont obèses.

L’obésité de l’enfant est un facteur de risque d’obésité de l’adulte :

- un enfant obèse a un risque sur 2 à 4 de rester obèse à l’âge adulte,

- un adolescent obèse a un risque sur 2 de rester obèse à l’âge adulte

 

 

Définitions Surpoids/obésité

IMC : Poids (Kg)/ Taille (m)2

Obésité : IMC > à la courbe IOTF 30.

Surpoids (incluant l’obésité): IMC> 97ème percentile pour l’âge et le sexe, selon des courbés établies à partir d’un échantillon représentatif d’enfants français et inférieur à la courbe IOTF-30.

 

Histoire de l’obésité/Causes

 L’obésité résulte d’un déséquilibre de la balance énergétique.

Plusieurs déterminants sont en cause :

- Les facteurs génétiques ;

- Les facteurs environnementaux (tabagisme maternel, diabète gestationnel, allaitement maternel ou non) et notamment des déterminants sociétaux (densité calorique des repas, disponibilité de la nourriture, motorisation, sédentarité) ainsi que des déterminants psychologiques (divorce des parents, décès dans la famille, changement de mode de vie, soucis à l’école)

A savoir: Les déterminants psychologiques constituent rarement la cause exclusive de l’obésité mais sont le plus souvent un facteur déclenchant qui révèle ou aggrave une prédisposition à l’obésité.

 Évaluation clinique

  • Recherche d’une obésité familiale (poids et taille des deux parents), permettant d’étayer la part de prédisposition génétique. On demandera également le poids maximal atteint, les régimes alimentaires éventuels et /ou les antécédents de chirurgie bariatrique.
  • Recherche de facteurs de risque cardiovasculaires (autre que l’obésité) dans la famille, comme le diabète, la dyslipidémie, l’hypertension artérielle ou coronopathie).
  • Étude des milieux socio-économiques et culturel.
  • On retrace « l’histoire de l’obésité », notamment via le tracé de la courbe d’évolution de l’IMC à partir des données du carnet de santé.

- Recherche d’un rebond d’adiposité précoce (avant 3 ans) ;

Il peut être absent dans certaines obésités morbides, l’IMC s’accroissant sans discontinuer depuis la naissance= Situation rare= Obésité Monogénique

 - Recherche d’un changement de couloir de la courbe d’IMC vers le haut= accélération de la prise pondérale ou aggravation d’une surcharge pondérale préexistante--> On recherchera un évènement particulier de la vie de l’enfant.

  • Nous pouvons évaluer la masse grasse et sa répartition, par la méthode des plis cutanés ou l’impédancemétrie. Cela peut notamment encourager l’enfant si celle-ci est diminuée. La mesure du tour de taille est le moyen le plus simple pour évaluer la répartition de la masse grasse.

 

  • Il nous faut éliminer une autre cause de cette obésité : les endocrinopathies ( hypercorticismes, déficit en hormone de croissance, hypothyroïdie) exceptionnellement révélées par une obésité ( ralentissement de la croissance staturale), lésions hypothalamo-hypophysaires (caractère insatiable de la faim, apparition brusque d’une hyperphagie avec trouble de la soif/de la vision), causes génétiques (Syndrome de Prader-Willi, Bardet-Biedl : on retrouve une hypotonie néonatale, une déficience intellectuelle, un retard statural ou pubertaire, des anomalies morphologiques ou neurosensorielles), obésité monogénique (précoce et sévère durant les premiers mois de vie avec impulsivité alimentaire et pas de rebond d’adiposité).
  • Recherche d’une complication :

- métabolique (insulino-résistance, intolérance au glucose, diabète, HTA, dyslipidémie) = Nous ne réaliserons d’examens complémentaires qu’en cas d’antécédents familiaux chez un enfant en surpoids ou chez un enfant en obésité.

- Digestive (lithiase biliaire, stéatose hépatique) = A rechercher qu’en cas d’obésité massive ou des enfants ayant des antécédents familiaux de stéatohépatite sévère, hépatosplénomégalie ou adolescents consommant de l’alcool/prise de médicaments toxiques pour le foie, ou en cas de symptomatologie clinique évocatrice.

- Orthopédique (épiphysiolyse de la hanche, le tibia vara, le genu valgum ou des troubles de la statique vertébrale) ;

- Respiratoire (asthme, les apnées du sommeil)

- Endocrinienne (fonction thyroïdienne seulement si cassure de la courbe de croissance staturale ; troubles des règles chez les filles, syndrome des ovaires polykystiques etc) ;

- Hypertension intracrânienne ;

- Psychologiques

Prise en charge thérapeutique de l’enfant obèse

La prise en charge et les résultats sont conditionnés par la capacité de l’enfant et de sa famille de modifier sur le long terme son mode de vie.
Il faut que cet accompagnement thérapeutique soit individualisé avec des objectifs raisonnables et adaptés.

Réduction des ingestas spontanés : réduction des aliments à forte densité énergétique, notamment des produits gras, limiter les grignotages et diminution des boissons sucrées.

! Aucun aliment ni aucune boisson ne doivent être interdits !

Il est également important de respecter les habitudes de l’enfant en matière de répartition des repas. On n’impose pas un petit déjeuner à un enfant qui n’a pas l’habitude d’en prendre : il n’a jamais été démontré que l’absence de petit déjeuner diminuait les chances de succès thérapeutique !

Prescription de l’activité physique pour augmenter la dépense énergétique quotidienne, proposer un autre centre d’intérêt que la nourriture. Favoriser les efforts d’intensité modérée et prolongés : il n’y a pas de sport idéal à recommander, l’important est que l’enfant choisisse ce qu’il apprécie !

Soutien psychologique afin de stimuler la motivation de l’enfant et l’aider à maitriser les sentiments de frustrations.

 

Objectif principal : Stabilisation ou réduction de l’excès pondéra

Aucun médicament n’a pour l’instant l’autorisation de mise sur le marché chez l’enfant de moins de 15 ans en France !

Il existe enfin des centres de moyen séjour en France pour enfants obèses, à discuter avec le médecin de leur intérêt dans la prise en charge de l’enfant.

La chirurgie bariatrique chez l’adolescent est récente et une thérapeutique prudente : seules les indications exceptionnelles sont indiquées et à discuter collégialement (obésités sévères, résistant à un traitement bien conduit, et associées à une ou plusieurs maladies/retentissement sur la qualité de vie et la situation psychologique de l’enfant).

 

 

 

Read 788 times Last modified on mardi, 24 mars 2020 17:35

Docteur en médecine et sensibilisée à la micro nutrition, je vous informe sur les problématiques que vous pouvez rencontrer. Que vous soyez un sportif en questionnement alimentaire ou un individu en surpoids, nous établirons un diagnostic et travaillerons ensemble.

Suivez mon actualité santé

Prendre un rendez-vous

doctolib

Consultation Telemédecine

© 2018 Tous droits réservés. Docteur Le Quere